Planétarium

Publié sur Jan 8, 2020

Planétarium

L’aventure du planétarium est une longue route qui suit son petit chemin.

Comme vous le savez, notre association souhaite faire l’acquisition d’un planétarium itinérant afin de pouvoir proposer des animations polyvalentes, pédagogiques et attractives à un large public.

Aujourd’hui, nos animations de ce type sont possibles uniquement par l’intermédiaire de la ville de Reims qui propose son planétarium mobile à la location uniquement, engendrant une surfacturation non négligeable pour les écoles et les collectivités faisant appel à nous (150€ par journée hors coût de l’animation).

Nos craintes évoquées lors de la précédente Assemblée Générale sont confirmées : les lycées historiques avec qui nous réalisions des actions de planétarium n’ont pas fait appel à nous pour ce dernier trimestre 2019, faute de budget.

L’acquisition directe d’un planétarium en vue de proposer des animations à moindre coût pour notre association (et la pérennisation de ses revenus qui en découle) devient capitale.

Le choix définitif de l’outil est fait : planétarium numérique de 5m de diamètre en 4K sur logiciel Space Crafter. Pourquoi une telle précision ?

Deux événements ont permis de mettre fin à nos questionnements : notre participation au colloque de l’APLF (Association des Planétarium en Langue Française) – voir photos – ainsi que nos animations pour l’ANDRA (qui nous ont permis de nous familiariser avec un outil numérique).

Le choix du diamètre de 5m : une question de polyvalence et de simplicité.

Plus le diamètre est grand, plus nous pouvons accueillir du monde. Mais attention, plus le diamètre est important, plus la hauteur du dôme est conséquente, nous réduisant ainsi le champ des possibles pour intervenir auprès d’un plus grand nombre, sans contrainte de hauteur de plafond. D’autre part, les experts et constructeurs que nous avons rencontrés au colloque de l’APLF nous ont alerté sur les difficultés de mise en place d’un dôme supérieur à 5 mètres : 2 personnes obligatoires, temps d’installation supérieur à 45 minutes…Un équilibre est donc nécessaire, le dôme de 5m est le meilleur rapport capacité/taille/praticité.

La définition de la projection : 4K

L’outil numérique offre une grande polyvalence en terme d’animation…au détriment du visuel qui n’atteint pas la beauté d’une projection optique. Sur ce point et avec l’expérience que nous avons accumulée au fil des années, la polyvalence nous apparaît CAPITALE pour intervenir auprès d’un large public. Nous devons varier nos animations, notre contenu, pour nous adapter à tous les publics, de 3 à 77 ans (voire plus). Notre animation à l’ANDRA nous permet d’affirmer aujourd’hui qu’un projecteur standard en haute définition ne sera pas suffisant pour créer un effet « whaou » dans le dôme. Notre choix s’oriente donc vers une définition en 4K afin d’obtenir un piqué « acceptable » pour un spécialiste.

Space-Crafter :

Un planétarium numérique sans logiciel s’appelle une cabane plastique. Le choix du logiciel qui transforme le tout en spectacle est donc important. Notre base de réflexion lors de notre déplacement au colloque de l’APLF était de trouver un logiciel réaliste, simple d’utilisation, proche de Stellarium et financièrement « accessible ». Space Crater est tout trouvé. Deux façon de piloter la fusée : un clavier rétroéclairé aux icones similaires à Stellarium dont chaque touche active un effet particulier ou une tablette numérique avec des boutons personnalisables propres à chaque animateur. C’est le logiciel que nous avons manipulé à l’ANDRA avec succès.

A Pascal: « au fait, c’est quoi déjà la touche pour coucher le soleil ? »

Qu’en est-il de son financement ?

Un tel outil à un coût. Le dernier chiffrage précis s’élevant à 45 000 euros.

Nos animations de ces dernières semaines nous ouvrent des portes et orientent davantage notre projet vers un financement sous forme de subvention. L’originalité de l’outil, la qualité de nos séances et l’absence d’actions similaires est un atout pour le Département qui souhaite nous accompagner dans ce projet d’acquisition.

Nous travaillons actuellement à l’organisation d’une séance découverte à destination d’acteurs locaux afin de réunir un maximum d’alliés sur ce projet. Le but étant de convaincre ! Son organisation suit son cours et devrait voir le jour pour le mois de février. Nous vous en dirons plus au cours des prochaines semaines lorsque l’organisation de cette « séance » sera plus claire et définie.

Quant au projet de mécénat évoqué en AG, nous fournissons actuellement aux impôts des pièces complémentaires pour statuer sur notre dossier. Là encore : wAAArk in progress.