Du côté du local

Publié par sur Jan 9, 2020

Beaucoup de soirées « libres » entre septembre et décembre. Pour éviter de retomber dans les mêmes travers pour cette nouvelle année, nous vous invitons dès maintenant à consulter le programme des prochaines semaines. Nous avons limité du mieux possible les soirées « libres » au profit des observations et soirées thématisées pour ce début d’année. Retour sur quelques temps forts de nos soirées du vendredi soir: « La musique en astronomie » Sur une idée de Laurent, nous avons passé une soirée originale, intéressante et ludique. Nous avons découvert Gustav HOLST (1874-1934), compositeur anglais qui a laissé une symphonie sur les planètes en 7 mouvements (un par planète….sauf la Terre) On a aussi appris que William HERSCHEL (1738-1822); astronome anglais découvreur d’Uranus en 1781, avait d’abord été musicien. Il jouait du hautbois, du violon et du piano et a composé pas moins de 24 symphonies. Sans oublier Brian MAY musicien anglais (décidément !) qui n’est autre que le guitariste du groupe de rock « Queen » ! En 1974, il avait commencé une thèse sur « la vitesse radiale dans le nuage de poussières zodiacale », (un titre déjà Rock n’ Roll !). Laissé de côté pour se consacrer à la musique, ce travail a été achevé en 2007 pour obtenir son doctorat en astrophysique. Nous avons évidemment écouté des oeuvres de ses personnalités ainsi que de Pink Floyd, Tangerine Dream, Jean-Michel Jarre etc… Et pour finir, 2 équipes de membres se sont affrontées sur un quizz concocté par Anne pour reconnaître des musiques et des chansons inspirées par l’astronomie. Une animation à renouveler…… « Transit de Mercure » Tout avait été prévu pour observer parfaitement ce phénomène. Nous avions étudié minutieusement – un vendredi soir –  le meilleur spot pour observer le phénomène, les horaires, le matériel à utiliser. Tout avait été prévu pour observer le phénomène dans les meilleures conditions jusqu’à ce que ce Murphy se pointe à nouveau: couverture nuageuse à 100% lors du passage de Mercure devant le Soleil… Moralité, nous avons opter pour un plan B, observation live du phénomène grâce à l’œil de SDO, bien au chaud au local. Les nuages ne nous font plus peur ! Là, juste ici Notre ami Murphy Le transit par SDO « Astrodessin et Voie Lactée » Laurent nous avait convié au local pour composer un montage photos (4 photos) de la Voie Lactée réalisé par Serge Vieillard, un des maîtres français de l’astro-dessin. Un moment idéal pour parlé de l’astro-dessin et des méthodes utilisées par Laurent pour « immortaliser » à l’ancienne un...

En savoir plus »

Planétarium

Publié par sur Jan 8, 2020

L’aventure du planétarium est une longue route qui suit son petit chemin. Comme vous le savez, notre association souhaite faire l’acquisition d’un planétarium itinérant afin de pouvoir proposer des animations polyvalentes, pédagogiques et attractives à un large public. Aujourd’hui, nos animations de ce type sont possibles uniquement par l’intermédiaire de la ville de Reims qui propose son planétarium mobile à la location uniquement, engendrant une surfacturation non négligeable pour les écoles et les collectivités faisant appel à nous (150€ par journée hors coût de l’animation). Nos craintes évoquées lors de la précédente Assemblée Générale sont confirmées : les lycées historiques avec qui nous réalisions des actions de planétarium n’ont pas fait appel à nous pour ce dernier trimestre 2019, faute de budget. L’acquisition directe d’un planétarium en vue de proposer des animations à moindre coût pour notre association (et la pérennisation de ses revenus qui en découle) devient capitale. Le choix définitif de l’outil est fait : planétarium numérique de 5m de diamètre en 4K sur logiciel Space Crafter. Pourquoi une telle précision ? Deux événements ont permis de mettre fin à nos questionnements : notre participation au colloque de l’APLF (Association des Planétarium en Langue Française) – voir photos – ainsi que nos animations pour l’ANDRA (qui nous ont permis de nous familiariser avec un outil numérique). Un dôme de 6m. 1h15 d’installation… Discussion avec un revendeur Un projecteur nippon unique au monde: possibilité d’utiliser des jumelles au cours de la séance pour voir plus d’étoiles Un projecteur dans sa valise Discussion au cours d’une séance Le choix du diamètre de 5m : une question de polyvalence et de simplicité. Plus le diamètre est grand, plus nous pouvons accueillir du monde. Mais attention, plus le diamètre est important, plus la hauteur du dôme est conséquente, nous réduisant ainsi le champ des possibles pour intervenir auprès d’un plus grand nombre, sans contrainte de hauteur de plafond. D’autre part, les experts et constructeurs que nous avons rencontrés au colloque de l’APLF nous ont alerté sur les difficultés de mise en place d’un dôme supérieur à 5 mètres : 2 personnes obligatoires, temps d’installation supérieur à 45 minutes…Un équilibre est donc nécessaire, le dôme de 5m est le meilleur rapport capacité/taille/praticité. La définition de la projection : 4K L’outil numérique offre une grande polyvalence en terme d’animation…au détriment du visuel qui n’atteint pas la beauté d’une projection optique. Sur ce point et avec l’expérience que nous avons accumulée au fil des années, la polyvalence nous apparaît CAPITALE pour intervenir auprès d’un large public. Nous devons varier nos animations, notre contenu, pour nous adapter à tous les publics, de 3 à 77 ans (voire plus). Notre animation à l’ANDRA nous permet d’affirmer aujourd’hui qu’un projecteur standard en haute définition ne sera pas suffisant pour créer un effet « whaou » dans le dôme. Notre choix s’oriente donc vers une définition en 4K afin d’obtenir un piqué « acceptable » pour un spécialiste. Space-Crafter :...

En savoir plus »

Amas globulaire – M13

Publié par sur Juil 21, 2014

Photographie réalisée par Pascal Dautrey, membre de l’Association Astronomique Auboise. APN: Canon EOS 400D défiltré Lunette APO TEC140 Monture Skywatcher EQ6 Goto 13 poses de 20 secondes Cliché réalisé depuis notre...

En savoir plus »